Bannière UFUD 2

Qui suis-je ?


© Carolina Evanno

Je tiens tout d’abord à remercier Michel ...

Michel Drucker sans lequel je n’aurais peut-être pas développé mon amour pour l’art de la danse. En effet, celui-ci animait une émission « Champs-Elysées », durant laquelle la compagnie de Ballets Redha, avait pour mission de donner vie par les gestes aux paroles de chansons.

C’était donc avec une certaine impatience que j’attendais ses apparitions. A chacune d’elle, le temps semblait comme suspendu. Je fixais l’écran en retenant mon souffle comme si c’était moi qui étais en représentation devant des millions de personnes (cette habitude ne m’a d’ailleurs jamais quittée).

Logiquement, je me suis inscrite à des cours de danse. Mon choix se porta sur le modern’ jazz. Ah, les spectacles de fin d’année… Quel plaisir d’y participer même si nombre de fois j’ai partagé avec mes petites camarades le trac et les nœuds dans le ventre avant de monter sur scène !

Je me suis également essayée à la danse africaine. Une danse qui demande un bon ancrage dans le sol et un très grand lâcher-prise : ne plus penser et laisser complètement aller notre corps afin que les gestes soient fluides.

En 2003 je découvre la compagnie Alvin Ailey qui s’était produite au Palais des Sports à Paris. Le spectacle que je vis ce jour-là frôlait la perfection : la scénographie, les musiques, les thèmes des ballets. Je me souviens particulièrement de celui nommé « Revelations », un hymne à la joie. Je suis également sensible au langage de la compagnie Käfig qui présente des créations hip-hop esthétiquement très travaillées, mais j'apprécie aussi l’aspect plus brut de cette danse.

Je suis ouverte à toutes formes d’expressions ; Danseraparis.fr en est le reflet. L’important est que le langage me touche et que je ressente de la magie dans l’interprétation. Le métissage des genres me plaît également comme dans la danse orientale fusion par exemple.

Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu être danseuse. Grâce à ce site je reviens à mes premiers amours et touche ce rêve du doigt en vous faisant partager mes coups de cœur, mes rencontres, mes découvertes (nombreuses) sur l’histoire des danses, et surtout m’offre l’opportunité de rendre hommage à tous ces artistes pour lesquels j’éprouve un profond respect.

Soyez les bienvenus dans votre parenthèse.

Catherine Jaleran
Fondatrice de Danseraparis.fr

2012 - 2017 © DanseraParis.fr - Tous droits réservés.