Bannière UFUD


 

Vous aimez Danseraparis.fr ? Suivez-nous !

                 

Salsabor


Catégories

- Podcast (5 articles)
- Biographie (3 articles)
- Divers (29 articles)
- Films sur la danse (5 articles)
- Forme (5 articles)
- Jeux - Concours (15 articles)
- Lecture (3 articles)
- Lieux (5 articles)
- Rencontres (27 articles)
- Sorties (8 articles)
- Spectacles de danse (38 articles)


Histoire et Fabrication des pointes de danse

Pointes de danse classique

Les pointes ont subi diverses transformations à travers les siècles. Passant de souliers plats style grec, aux chaussons en toile rembourrés de coton pour finir par des modèles plus sophistiqués grâce à la technologie qui offre aux danseurs un "outil" parfaitement adapté à la pratique de cette discipline.

 

Les premières pointes de danse

A la fin du 18e siècle, les souliers subissent de grandes transformations. Au départ, les modèles portés par les danseuses étaient des souliers plats ouverts à la mode grecque avec lanières. Ensuite, ceux-ci évoluent pour laisser place à des chaussons fermés en toile légèrement fuselés qui recouvraient le devant du pied ressemblant beaucoup à ceux fabriqués de nos jours.

A cette époque, les chaussons de danse classique ont la semelle molle, et les danseuses usent de coton pour les bourrer et de rubans pour renforcer les bouts.

C'est la danseuse Marie Taglioni qui les mettra à l'honneur en 1832 en incarnant le rôle de La Sylphide; ballet romantique par excellence. On raconte même que ses prouesses d'alors étaient dues au fait que tous ses orteils étaient de la même longueur…

Par la suite arrivera un modèle gainé de cuir qui mettra à rude épreuve les orteils.

Mais c'est en 1947 qu'apparait un modèle révolutionnaire créé par Rose Repetto, styliste, pour son fils le chorégraphe Roland Petit. Ce modèle de chausson est conçu grâce à la technique du "cousu retourné" qui consiste à coudre la semelle à l'envers avant d'être retournée. Grâce à ce procédé, les pieds des danseuses ont enfin su ce que signifiaient confort et souplesse.

 

La fabrication des pointes de danse

Un chausson de danse est constitué de 8 parties qui sont la semelle intérieure, le cambrion, le cordon de serrage, les joues, la boîte, la semelle extérieure, l'empeigne et la plateforme. Pour votre compréhension, je vous invite à regarder la photo ci-dessous avant de poursuivre la lecture de l'article.

Intéressons-nous maintenant aux différentes étapes de fabrication :

  • 1re étape : Coudre plusieurs épaisseurs de toile sur le satin.
  • 2ème étape : Clouer une semelle en cuir sur une forme de pied en bois. Ensuite, retourner l'empeigne de tissus sur cette forme et la clouer à la semelle.
  • 3e étape : Fixer sur le bout du chausson plusieurs épaisseurs de toile dans l'ordre suivant : papier blanc, toile de jute et plusieurs couches de papier gris. Le tout est fixé grâce à une colle faite à base d'eau et de farine. Laisser sécher entre 2 et 3 heures.
  • 4e étape : Rabattre les bouts de tissus restants et les plisser sur le bout qui s'est endurci. Coudre l'empeigne à la semelle, ôter le chausson de la forme et glisser une 2ème semelle de cuir dans le chausson.
  • Dernière étape : Remettre le chausson sur la forme et le façonner en s'aidant d'un petit marteau. Enfourner le chausson une dizaine d'heures pour le durcir.

 

Pour résumer en images :

 

 

Bien choisir ses pointes de danse

Il est nécessaire de prendre son temps pour choisir un chausson parfaitement adapté à la morphologie de son pied. Il ne doit être ni trop large ni trop étroit pour éviter de déformer les orteils et d'adopter une mauvaise posture.

Voici les éléments à prendre en compte lors de l'achat :

  • Pointure : si tes orteils touchent le bout du chausson, celui-ci est trop petit.
  • Largeur : si tu perds ton talon et que ton pied n'est pas assez maintenu, c'est que le chausson est trop large.
  • Semelle : La semelle doit être un compromis entre rigidité et souplesse afin qu'elle corresponde à la dureté de ton pied.
  • Empeigne : Sa longueur doit être suffisante pour recouvrir tout le dessus du pied.

Grâce à la diversité de modèles proposés par les fabricants qui redoublent d'ingéniosité pour proposer à la clientèle un service de réalisation sur mesure de chaussons parfaitement adaptés à vos pieds, vous trouverez certainement celui qui vous conviendra.

Mais même si vous trouvez le chausson qui correspond parfaitement à vos pieds, vous ne manquerez pas de les "casser" pour les assouplir.

 

Entretenir ses pointes de danse

Les pointes ne résistent pas au traitement que les danseuses leur font subir tous les jours. C'est pourquoi il est nécessaire de bien les entretenir afin de les garder le plus longtemps possible.

Juste un chiffre : le budget annuel consacré par l'Opéra de Paris pour l'achat de pointes est de l'ordre de 350 000 €.

Vous penserez donc bien à les sécher avant de les remettre et les enduire de vernis à bois pour renforcer le bout et protéger la semelle.

 

Combien coûte une paire de pointes de danse ?

Le prix d'une paire de pointes de danse classique varie d'une marque et d'un modèle à l'autre.

Quelques tarifs : Repetto : 60 € — Gaynor Minden : 130 € - Freed : 55 € (Marque portée par la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot) — Bloch : 45 €

Voilà, vous savez tout ou presque sur les pointes de danse !

 

Sources :

Copain de la Danse : A la découverte de toutes les danses – Agnès Izrine (Éditions Milan jeunesse) : ce livre aborde de manière ludique et claire les danses en général.

Le langage de la danse classique : Guide à l'interprétation des sources iconographiques – Flavia Pappacena (Editions Gremese) : étude de l'évolution de la danse classique et de son langage à partir de sources imagées.

 

A vos plumes !

Si vous avez des informations complémentaires ou souhaitez partager avec nous vos astuces pour entretenir vos pointes, alors n'hésitez pas à laisser un commentaire!

Article de Catherine Jaleran publié le 06/12/2012

Parties d\'un chausson de danse    Copain de la danse - Agnès Izrine    Le langage de la danse classique - Flavia Pappacena

Vous avez apprécié cet article ? Partagez le !

D'autres articles à découvrir :

Un chignon vite fait bien fait !
Comment coudre rubans et élastiques sur les pointes
Quatre critères à prendre en compte avant d'acheter vos pointes
Vêtements, chaussures et accessoires de danse classique
La tenue idéale pour la danse classique
Histoire de Tutu

Pour rester informé de toute l'actualité de la danse : articles, stages, spectacles... Gardons le contact !

 

Pour être sûr(e) de recevoir nos messages, nous vous recommandons d’ajouter catherine@danseraparis.fr à votre carnet d’adresses.

Laissez un commentaire

2012 - 2014 © DanseraParis.fr - Tous droits réservés.