Catégories

- Podcast (7 articles)
- Biographie (4 articles)
- Divers (45 articles)
- Films sur la danse (5 articles)
- Forme (5 articles)
- Jeux - Concours (16 articles)
- Lecture (4 articles)
- Lieux (5 articles)
- Rencontres (31 articles)
- Sorties (11 articles)
- Spectacles de danse (44 articles)


Bannière UFUD 2


Danses Hip-hop et contemporaine : Faboo et Valentina

Dimanche 7 juillet s'est déroulé le Concours du Festival de danses Tobina organisé par l'association N'Gambart auquel ont pris part une dizaine de compagnies. La Compagnie Faboo et Valentina ont ainsi gagné le Second prix décerné par les membres du jury composés de : Promis Nwaogwugwu (danseur-chorégraphe), Valérie Gros-Dubois (directrice du Festival "Entrez dans la danse"), Jojo Ngamou (danseuse-chorégraphe et directrice artistique du Festival "Urban Life"), David Dibilio (chargé de programmation et responsable danse au Point Ephémère) et Patricia Giroud (comédienne et directrice de programmation du théâtre Gérard Philippe de Meaux). J'ai pu ainsi les rencontrer avant l'annonce des résultats. C'était un signe…

Dap.fr : Bonjour Fabrice et Valentina, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Fabrice Mahicka : J'ai commencé le break dance à quatorze ans dans les rues de l'île de la Réunion d'où je suis originaire. Ensuite, je suis venue en France à dix-neuf ans pour poursuivre mes études tout en continuant de faire des battle à la Réunion. Voyant que la danse occupait une grande partie de mon temps j'ai décidé de lâcher mes études pour me consacrer à ma passion. Cela m'a permis de voyager, notamment à New York où j'ai participé à l'expérience du Battle, et prendre des cours de danse. Parallèlement, j'ai validé un EAT de danse contemporaine pour élargir mes horizons et m'ouvrir à d'autres danses.

Ensuite, je suis revenu en France où j'ai commencé à travailler avec des compagnies. J'ai rencontré Valentina sur des concours chorégraphiques et l'affinité s'est installée.

Valentina Corosu : Je suis d'origine italienne et cela fait six ans que j'habite à Paris. J'ai commencé la danse à sept ans par le classique et le jazz. J'ai eu l'opportunité d'être assistante d'un chorégraphe qui donnait des cours à Paris. Cela m'a permis de découvrir la danse hip-hop. C'est ici que j'ai décidé de me consacrer plus au hip-hop et à la danse contemporaine. Ensuite j'ai rencontré Fabrice et les gens avec lesquels nous dansons. Nous sommes un groupe de Réunionnais et d'Italiens.

Dap.fr : Quelle est la raison de votre participation au Concours de danses du Festival Tobina ?

Le concours Tobina nous a donné l'occasion de commencer la création d'un spectacle en duo et nous avons été motivés par les prix décernés qui nous permettront, si l'on gagne, de continuer le travail entamé.

Dap.fr : La pièce que j'ai vue "D'où l'oiseau" est-elle plûtot hip-hop ou un mélange de diverses influences ?

F. Mahicka : C'est un mélange de toutes nos influences, car nous avons beaucoup travaillé avec des compagnies contemporaines. D'où coup avec notre culture et notre milieu hip-hop on a intégré tout cela et le résultat est une danse hybride qui évolue continuellement en fonction de ce que l'on veut faire. Je ne me revendique pas forcément contemporain. Je danse juste en fait.

V. Corosu : J'ai également validé un EAT de danse contemporaine et du coup on aime bien mélanger tout ce que l'on apprend.

F. Mahicka : On a intégré la danse contemporaine au hip-hop au lieu de juste le mettre dans un cadre académique du coup cela joue sur la vision du mouvement hip-hop.

Dap.fr : Est-ce votre première création et combien de temps avez-vous mis pour l'écrire ?

V. Corosu : Celle-ci est notre première création en duo et nous avons mis deux semaines pour l'écrire. On avait déjà des choses préparées parce que nous dansons beaucoup ensemble.

F. Mahicka : Cela a été assez rapide, car nous avons une bonne connexion. Nous n'avons pas besoin d'expliquer les choses.

Dap.fr : Qui a eu l'idée de cette pièce ? Est-ce l'un de vous deux qui a lancé un mouvement et l'autre a continué ?

F. Mahicka : J'ai commencé par travailler sur la musique, car j'ai composé tout le son. D'où coup nous sommes partis sur une idée sur laquelle nous avions déjà discuté il y quatre ans de cela. Donc, je suis parti sur ce projet pour ensuite évoluer sur un son et créer quelque chose de nouveau.

V. Corosu : Quelqu'un donne une construction et l'autre apporte autrement une façon de la danser. Chacun ne fait pas des parties chorégraphiques.

F. Mahicka : C'est modifiable à chaque fois en fonction du ressenti de chacun et de la musique. Tout est transformé.

V. Corosu : En fait, c'est très modifiable jusqu'au jour précédent la représentation.

Dap.fr : Donc, au départ vous partez de l'écrit ?

F. Mahicka : Non, pas dans la chorégraphie, mais au niveau de la vision générale du spectacle, car je suis parti du son. Après on s'est mis à délirer sur la musique et donner des idées. Par exemple, je donne une idée et après on essaie de voir ce que cela donne au niveau du mouvement. On travaille vraiment d'une manière complémentaire.

V. Corosu : Je donne une idée et Fabrice trouve le truc qui fait qu'elle devient meilleure.

Dap.fr : J'ai beaucoup apprécié le fait que la pièce mélangeait des passages rapides et lents. Cela invitait à la surprise.

V. Corosu : Cela nous a permis de rendre la pièce plus agréable à danser.

F. Mahicka : C'est une pièce qui n'est pas hyper physique comparé à ce que l'on fait d'habitude et du coup c'est plus cool et en accord avec la manière dont on respire.D'habitude nous sommes plus dans la compétition et le show.

Dap.fr : Quels sont vos projets ?

F. Mahicka : On aimerait continuer sur ce projet et le faire évoluer dans des conditions de spectacle : travailler sur les costumes et la scénographie.

V. Corosu : Si on pouvait être accueilli dans un lieu de résidence cela serait bien.

 

Propos recueillis après la remise du prix :

Dap.fr : Qu'est-ce que votre participation au Festival Tobina vous a apporté personnellement et professionnellement ?

Nous sommes arrivés deuxième et le processus de création va continuer. Nous devons faire un certain nombre de représentations de notre Show. On va passer de dix à quarante minutes de spectacle.

Nous avons une satisfaction personnelle de notre travail de création qui a plu, tant au niveau chorégraphique que musical. De plus, cela nous donne confiance en notre capacité à créer un spectacle de A à Z.

 

Les prix décernés :

Des représentations :

- Au théâtre Gérard Philipe de Meaux.

- A la Mairie du 10e dans le cadre de la Manifestation "Mercredi de l'Art".

- Au théâtre Zinnema de Bruxelles dans le cadre du festival "Urban Life".

- A la fête de la danse "Entrez dans la Danse" de Paris 12ème

- Aux Rencontres Chorégraphiques de Bordeaux "Cest Mériadeck Ici".

- Au théâtre Dansoir et voire même au festival "Indisciplines".

- Résidence de création à Point Ephémère et une possibilité de programmation dans un ou deux festivals partenaires du Point Ephémère.

- A la MPAA, Maison des pratiques artistiques amateurs – Paris Saint -Germain.

- Festival de danse en Espagne «"Asociación Kaos"

- Des heures de formation danse (sous réserve)

- Une plate-forme de communication sur le site internet UNIVART.

 

Un aperçu de leur travail :

 

Article de Catherine Jaleran publié le 11/07/2013

            
         

Vous recherchez un professeur de danse pour une animation privée ou professionnelle : soirée d'entreprise, anniversaire, EVJF, fête associative... Intervention en tout milieu : scolaire, hospitalier...

Contactez l'équipe d'Unefeteundevis.com !

D'autres articles à découvrir :

Apprendre le Tango avec Charlotte Millour
Laure Courtellemont - Tout simplement.
Guillaume et Nathalie : Suivez leurs pas
Aborder l'interprétation d'un rôle en 3 étapes
Kinta KAWATA, Hip Hop quand tu me tiens
Mahina Khanum : L'héritage de la danse classique Odissi

Laissez un commentaire

2012 - 2017 © DanseraParis.fr - Tous droits réservés.